Autoroute à péage : ça roule a 5 accidents par jour

274
0
Share:

A l’heure de la campagne pour la baisse du tarif du péage, il est intéressant de noter que le tronçon Dakar-Diamniadio, sur ses 42 km, est à l’heure actuelle, déjà victime de son succès. Accidents de circulation et indiscipline contribuent fortement à perturber la circulation sur le réseau. On peut s’attendre à ce que les choses s’accentuent quand viendra l’heure de baisser les tarifs.

L’autoroute à péage Dakar-Diamniadio est l’un des parcours où l’indiscipline et le manque de civisme des Sénégalais se manifestent le plus. Des chiffres obtenus auprès du concessionnaire, et confirmés par la brigade de gendarmerie de l’autoroute, font état de 5 accidents par jour en moyenne sur cette distance de 42 km. Cela sans compter les pannes de véhicule, estimées en moyenne à 35 par jour. Ces chiffres montent jusqu’à 15 accidents et 100 pannes de véhicules les jours des Magal, Gamou et autres cérémonies festives, qui incitent à des déplacements importants. Et parmi les causes les plus fréquentes de ces accidents et perturbations, aux dires des témoins, il y a en premier lieu l’indiscipline des conducteurs. Et ensuite, l’état des véhicules.
Les gendarmes signalent que parfois les dégâts des accidents sont accentués par la manie de certains usagers, surtout ceux venant en sens inverse, quand ils sont témoins d’accidents, de ralentir et même s’arrêter pour regarder ou prendre des photos. Ce faisant, ils encombrent la chaussée, et souvent, rendent même difficile l’arrivée des secours.

Dans ces conditions, l’autoroute étant la voie principale d’accès à l’aéroport de Diass, le concessionnaire ne cesse d’enregistrer des récriminations de la part des usagers qui ont raté leur avion du fait d’un encombrement de la chaussée. Et pour le moment, déclarent les représentants de Senac Sa, «le seul discours qu’on peut leur tenir est de prendre des dispositions pour quitter suffisamment tôt pour ne pas être victimes de retard», tout en estimant que cette situation pourrait empirer avec la baisse souhaitée des tarifs du péage. Les services du concessionnaire font remarquer au passage, que la fréquence des incidents sur l’Autoroute de l’Avenir est 14 fois plus élevée que sur des voies européennes similaires.

Dans ces conditions, tous les spécialistes et les usagers habituels prédisent qu’une baisse des prix du péage va certainement transférer une bonne partie du trafic de la Rn°1 vers l’autoroute à péage, y conduisant tous ceux qui souhaiteraient obtenir le même confort de conduite à peu de frais. Or déjà, les éléments de gendarmerie qui sont affectés à l’autoroute prédi­sent : «Si la discipline n’est pas imposée, une augmentation du trafic occasionnée par la baisse des tarifs ne fera qu’augmenter les contacts non voulus entre les usagers, et aboutira à plus de personnes qui vont rater leurs vols du fait des blocages sur la voie.» Malheureusement, comme certaines associations semblent plus être dans une logique de vouloir créer des difficultés au concessionnaire français, quel qu’en puisse être le prix, elles ne se mettront jamais en avant pour se vanter devant les usagers, des conséquences de leurs actes. Bien au contraire.

Share:

Leave a reply